vendredi 6 novembre 2009

F pour Fawkes



Puisque Guy Fawkes Night s'est achevée sans qu'aucun parlement n'aie explosé, je vois mal pourquoi ne pas parler tout de suite de V For Vendetta (en BD et film) et de Guy Fawkes d'une manière plus générale.

D'abord, la Conspiration de la Poudre (Gunpowder Plot) et Guy Fawkes. Ce cher bonhomme rendu célèbre en dehors du Commonwealth par la BD d'Alan Moore a essayé de faire sauter le parlement britannique en 1605. Cependant, j'ai remarqué que peu de gens savent exactement l'histoire et que, pour les lecteurs français, Guy Fawkes et V, le personnage de la BD, se confondent aisément dans une figure de héros anarchiste combattant pour le bien du peuple. Corrigeons donc ce petit point historique : la tentative de Fawkes s'inscrit dans la guerre de religion catholiques/protestants qui fit rage tout au long du XVIIè siècle dans toute l'Europe et qui est restée une source de conflit encore longtemps après dans certains pays (au hasard l'Irlande, même si le conflit irlandais ne se limite pas à des notions de religion, c'est bien plus complexe). Fawkes et sa théorie de copains catholiques ont essayé de faire sauter le parlement du roi protestant Jacques 1er afin de tenter d'obtenir un gouvernement catholique. Le tout avec trois tonnes de poudre et l'aide de la couronne espagnole de l'époque. On est quand même très loin du héros anarchiste, même s'il s'agit bien d'action directe. Fawkes a été condamné à la peine la plus tortueuse de la justice locale de l'époque : pendu, étripé et coupé en morceaux, même s'il est mort avant de la subir. Depuis, les britanniques célèbrent sa démise avec force pétards et feux d'artifices, tout en brûlant des Guy Fawkes en effigie.

Forts de cette information, passons à la bande dessinée. Dans un futur très proche, le Royaume Uni s'est replié sur lui-même complètement et est à la botte d'un leader suprême, dans un gouvernement mélangeant fascisme et Big Brotherisme. Sa devise : "Strength through Unity, Unity Through Faith" (des mots forts dans une devise courte et peu significative mais très volontaire, typique). Il possède, bien évidemment, une police secrète : le "doigt". Pour lutter contre cela, un homme va se dresser avec pour objectif de faire tomber le gouvernement et rendre au Royaume Uni sa liberté, "V". Il porte un costume de Guy Fawkes et choisit, évidemment, le 5 novembre pour entamer son projet. Ce jour là, il va rencontrer Evey, une jeune fille désespérée qu'il va prendre sous son aile.

Dans les discours de "V" transparaît un discours anarchiste vrai, propre et définitif, dans lequel il établit les raisons de son combat et ce contre quoi il se bat : le terrorisme d'état, le fascisme, l'autoritarisme, le "big brotherisme" etc. L'ouvrage en profite pour montrer les aspects négatifs de tous ces éléments sans tomber dans le piège de l'apologie des actions de V, qui sont elles aussi critiquées.

L'adaptation en film, qui a été tant décriée, n'est pas du tout mauvaise. On peut arguer de la différence entre sa fin et celle du livre originel, par rapport au message que chacune transmet, mais cela n'en fait pas pour autant un mauvais film. Je recommanderais, si le film a été apprécié (ou non d'ailleurs) de lire la BD.


BD : V For Vendetta, de Alan Moore et David Lloyds
réédité il y a peu chez Panini Comics
ISBN : 2-809409-65-X

Film : V For Vendetta, de James McTeigue avec Nathalie Portman (Evey) et Hugo Weaving (V)

1 commentaire:

  1. J'étais passé à côté du film, je réparerai l'oubli à l'occasion.

    RépondreSupprimer